Les Hussons en Bolivie - Mission familiale à l’Institut d’Éducation Rurale
Picnic et nouveau bébé 
dimanche, mars 15, 2009, 13:31
Hier soir, Christine et moi sommes allés avec Sre Murielle, deux filles de l'IER, Elisabeth et Emiliana, voir un spectacle de ballet au même théâtre où nous avions été pour un concert de cordes. En 3 actes, c'était très varié, sauf le dernier qui présentait uniquement des pièces Espagnoles. C'est dommage car le 2e acte se terminait par une superbe chorégraphie très dynamique sur la Bolivie qui se terminait avec le drapeau et aurait fait une belle apothéose à la représentation. Avec plus de 450 photos prises du fond de la salle, j'en mettrai d'avantage dans la partie diaporama du blog, mais pas les 330 que j'ai conservées, n'ayez crainte.




Aujourd'hui nous sommes allés pique-niquer avec environ 40 filles dans un parc aquatique très sympathique. Avec piscine, glissades, aquarium sous l'eau, piste de vélo-cross, pédalo, ... L'entrée à 0.75$ était bien rentabilisée et même si certaines activités avaient des frais supplémentaires, c'était accessible aux familles.





Don Ruben nous a fait une belle surprise pour son retour de vacances, il a offert à l'IER un bébé lama, en pensant surtout à nous qui n'avions jamais eu l'occasion d'en voir un. Il s'appelle Ushpha (prononcé Ouchpa) qui veut dire cendre en Quecha. C'est une bête très attachante et affectueuse, il apprendra à cracher en grandissant, pour l'instant on ne craint rien.



Il tiendra compagnie au bébé mouton qui grandi rapidement.


4 commentaires ( 48 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 414 )
Fin de mars difficile 
mardi, mars 31, 2009, 04:28
Bon, enfin un peu d'explication de ce long silence. Après un nuit blanche à me tourmenter si nous obtiendrions le financement demandé à une fondation caritative pour le projet salle de classe informatique, à me demander si cela n'aurait pas été plus simple de donner des sous plutôt que de me passer d'un an de salaire pour être sur place, à chercher ce que je pourrait bien faire de mon temps s'il n'y avait pas d'ordinateur pour faire rouler les applications que j'avais l'intention de développer... et bien nous avons eu la réponse le matin même: Nous n'aurions pas un sous de la fondation car la crise affectant les placements, les capacités de dons diminuent et les projets tombent, surtout s'ils ne sont pas une question de survie, on se concentre sur l'essentiel, l'eau et la nourriture. Ça se comprend bien, mais ça s'accepte moins facilement.

Heureusement, Sre Murielle ne me donne pas le temps de me mordre les lèvres pour m'annoncer qu'elle veut consacrer sa réserve d'urgence pour poursuivre le projet. Avec les fonds de tiroir et l'argent qui reste du projet machines à coudre, on commence aussitôt à élaborer un plan B. Au gouvernement on est habitué à se faire demander de faire plus avec moins, là on va être plus réaliste et on fera moins avec moins.

Dans la même semaine, Julien nous fait un coup de cochon qui nous met sans dessus-dessous et force ma sœur Marie-Lorraine, qui en a la garde jusqu'en juin, à passer une nuit blanche pour s'initier à être parent d'ado plus tôt que prévu. À 7000KM de distance, on arrive à le retrouver grâce à MSN; c'est bien la première fois que je trouve le "tchat" utile.

Ça ne s'arrête pas là, mon fidèle ordinateur portatif décide de faire grève pour cause d'environnement de travail trop chaud, en effet son ventilateur de CPU vient de rendre l'âme et par précaution il refuse de s'allumer. Heureusement que je venais de faire un backup, mais sans ordinateur ma préparation de cours et la réalisation de site web sont sérieusement compromis, alors pour maintenir un blogue, vous comprendre que ...

Pour terminer la semaine en relativisant le reste, Dona Yolanda, qui nous prépare les bons petits plats chez les sœurs, doit se rendre à l'hôpital car elle est très pâle et affaiblie. Elle y apprend qu'elle a une tumeur et un empoisonnement sanguin. Elle obtient un rendez-vous dans une clinique pour une opération la semaine suivante mais heureusement que Sre Cany se renseigne et apprend d'une collègue médecin que celui qui doit l'opérer est un charlatan et que si elle ne se fait pas d'abords traiter pour l'empoisonnement sanguin, elle risque de terminer ses jours sur la table d'opération. Un bel exemple de partenariat public-privé... Suite à cela, elle a reçu une transfusion sanguine à l'hôpital mais on attend toujours pour une date d'opération. Si vous avez de la place dans vos prières...

Dona Yolanda (à droite) et sa salvatrice, Sre Cany.

Le reste du mois nous a passé sous le nez à faire des allers et retours au bureau de l'immigration pour nos cartes de visiteur. La "maison des fous", dont fait référence Anick, était drôle comme une des épreuves des 12 travaux d'Astérix, mais si Goscinny y avait consacré 4 tomes, on aurait trouvé ça pas mal plate et répétitif. C'est comme ça qu'on l'a vécu, une telle aberration de paperasses et processus bureaucratiques que nous n'étions plus au stade de la patience mais de l'abnégation. Par exemple, je me souviens d'avoir fait 12 fois la file pour passer à la caisse d'un bâtiment ou l'autre, et j'en oublie certainement par protection mentale. On a eu droit à des attentes d'une demi-heure en face d'un type dont la fonction n'était que de nous dire de revenir un autre jour, à 3 séances de beurrage de doigts pour prendre l'emprunte de nos 10 doigts, à 3 séances photos... Et n'allez pas croire qu'ils ne savent pas c'est quoi une photocopieuse, ce sont des experts en photocopies, des pros, des athlètes en la matière. Si un document n'est photocopié que 3 fois, c'est qu'il est vraiment pas important. Il y a une dizaine d'années quand je travaillait pour l'immigration, j'ai fait des pieds et des mains pour simplifier les processus informatiques, pour éviter d'entrer les mêmes données dans 9 systèmes différents; là il faut voir le nombre de formulaires et leurs reprises à la dactylo ou dans des ordinosaures. Le grade des fonctionnaires doit être proportionnel au nombre d'étampes qu'ils ont sur leur bureau...

1 commentaire ( 25 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 389 )
La page culturelle de Matante Christine 
mercredi, avril 1, 2009, 04:55
En pensant à Mireille qui a vécu au milieu du peuple Quechua d'Équateur

Je voulais depuis un moment écrire quelque chose sur notre découverte de la culture autochtone a travers différents éléments. En voici quelques uns:

« La Pachamama » est très importante pour le peuple Bolivien. Cette divinité représente la mère nourricière: la terre. Les gens lui font des offrandes pour la remercier de ces bienfaits. Il est de coutume ici de verser un peu de Chicha (alcool de Maïs) ou de vin à terre avant de boire. Un geste d'offrande à la pachamama. C'est un peu déconcertant au début, mais on s'y habitue!


C'est l'occasion d'exhiber nos fruits et nos légumes...

« La ch'alla » est une fête d'action de grâce à la Pachamama qui a lieu chaque année en février pendant la période du carnaval. Les uns font bénir leur taxi, d'autres leur maison, leur lieu de travail, leur école. Des fleurs et des décorations de toutes sortes sont accrochées un peu partout. Nous avons vécu une petite célébration à l'IER organisée par les filles pour l'occasion. Elles ont fait un autel avec toutes sortes de fleurs, fruits et légumes, elles ont remercié la terre pour ce qu'elle nous offrait, elles ont brulé différentes matière (laine, herbes...)et verser de l'alcool à différents endroits. Nous avons été décorées de guirlandes de fleurs et la journée a terminé avec beaucoup de danses et d'eau (autre manière de rendre hommage à la Pachamama)

«La croix andine» ou «Chacana» en Quechua ce qui signifie "le chemin" ou "le guide de lumière"

Ce symbole de la culture andine est d'origine Inca. Il représente les 4 directions et trois niveaux différents.
Les quatre directions sont:
- Alaxpacha: l'univers (avec le soleil, la lune, les planètes etc.)
- Akapacha: notre milieu de vie: l'air, le vent, la pluie
- Taipipacha: la terre sur laquelle vivent les humains, avec les plantes, les lacs, montagnes, les animaux etc.
- Mankh'apacha: tout ce qui se trouve à l'intérieur de la terre (le feu, les minéraux, l'eau...)

Les trois niveau sont:
- Le serpent: le monde intérieur, la pachamama.
- Le puma: le monde du milieu, la nature
- Le condor: La relation entre l'esprit et le cosmos, la sagesse

Le rond central représente le centre de l'empire inca: Cuzco

«La wiphala» est le drapeau des peuples autochtones des andes. La porte de l'IER porte les couleurs de ce drapeau.

Le drapeau est de forme carrée pour signifier l'égalité. Pour les couleurs.
- le blanc dans la société représente le travail intellectuel et le noir le travail manuel, les deux se complètent.
- le rouge signifie la connaissance, le savoir et la pensée
- l'orange représente le dynamisme, la jeunesse, la fécondité
- le jaune représente l'esprit et la matière, la religion
- le vert est la terre avec les animaux et les plantes
- le bleu représente les étoiles, les pluies, l'atmosphère
- le brun est la structure politique et sociale, la communauté


2 commentaires ( 51 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 468 )
Autres faits divers de la fin mars 
jeudi, avril 2, 2009, 14:34
J'ai fait imprimer des photos pour les donner aux filles de l'IER. En soi la séance d'impression était déjà une expérience culturelle vu que j'ai du aller m'assoir avec le gars de l'imprimerie qui a pris les photos une par une pour les redimensionner et ajuster les couleurs, la luminosité, ... 2 heures de travail et pourtant une facture comparable à l'impression en pharmacie au Québec. On y trouve même un ami et en bonus un virus sur ma clef USB qui a servi à transférer les photos sur son PC.

Bon, le soir même on demande aux filles de choisir une ou deux photos et d'inscrire sur une feuille leur nom à côté du numéro correspondant à la photo désirée. C'est simple non ?

Ben non, le bordel, les numéros sont déplacés, des filles choisissent jusqu'à 8 photos (où elles ne figurent pas parfois), une photo peut avoir 12 noms inscripts à côté. Bref, Élise me donne un bon coup de main pour dépatouiller tout ça et à l'aide d'un chiffrier Excell complexe et une soirée de jonglage, on trouve une solution pour être équitable envers toutes. La remise des photos... encore plus le bordel. Bref Élise est terrorisée et on a l'impression que personne n'est content. Introspection: Je n'ai pas du être clair dans mes explications en pseudo-Espagnol et notre sens de la justice et de la politesse est propre à notre culture. La prochaine fois, on s'y prendra autrement. C'est ce qu'on appelle l'adaptation.

Le froid s'installe tranquillement, on approche de l'hivers et quand le soleil disparait, la chaleur part avec. La neige reste sur les sommets et le lever du corps hors des couvertes est plus difficile.


On a fait une petite scéance de photos pour répondre à une demande pour faire une liste des organismes et de leurs responsables. Pour l'occasion, Sre Murielle s'est déguisée en preacher parmis ses disciples ;-)


Ce ne sont que des apparences car elle garde un souci que chacune d'elle soit bien à l'aise.


On constate que les Volvo familiales d'ici ont encore plus de coffre:


2 commentaires ( 47 lectures )   |  permalien   |   ( 2.9 / 545 )
Mars a juste 31 jours ? 
vendredi, avril 3, 2009, 22:49
Suite à la récupération de quelques photos par extraction du disque dur de mon portatif enterré temporairement, voici un petit diaporama d'une sortie avec les jeunes femmes de l'IER au Musée archéologique de l'Université San Simon le 27 mars:

Cliquer sur l'image ci-dessus pour accéder aux autres photos

Nous avons aussi eu droit à la visite du groupe de musique folklorique de l'Hogar San Martin, un organisme qui vient en aide aux jeunes garçons un peu délinquants.


Pour l'occasion Don Ruben (à droite) a invité toute sa famille, dont ses petits-fils adorables.



Tout le monde a apprécié le spectacle, et quand je dis tout le monde...


La soirée s'est terminée par une danse, comme pour presque toutes les fêtes.


Scène de la vie quotidienne, les marchandes ambulantes proposent souvent leur marchandises dans des brouettes. Ici, la dame vend une variété de noix.


Je suis encore étonné par le transport de marchandise. Qu'aimeriez-vous mieux suivre, une camionnette engloutie sous des sacs de bouteilles qui tiennent par l'opération du St-Esprit, ou un camion de roches sans filet qui risque de retirer définitivement les égratignures de votre pare-brise ?


1 commentaire ( 15 lectures )   |  permalien   |   ( 2.9 / 516 )

<< <Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Suivant> >>